Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les interdits qu'on dit... Et qu'on écrit...

Publié le par moijedis

Les interdits qu'on dit...

Et qu'on écrit...

 

 

BÂTARD

 

Le bâtard est un croisé de deux espèces distinctes.

Pain Bâtard : plus particulièrement nommé ainsi à Paris. Le paysan a sa baguette, le provincial son boulot et le parisien son bâtard. Pain classique mi-long tranché ou non.

Au figuré : insulte qualifiant un individu dont on soupçonne la légitimité. On le qualifiera alors de petit bâtard ou de gros bâtard eu égard à ses « dimensions » ou l'ampleur de la faute morale commise.

Éventuellement, nous pourrons encore lui accorder un complément comme « sale ». Mais dans ce cas, nous éliminerons le petit ou le gros. En effet, l'expression sale petit ou gros bâtard est peu répandue à cause de la lourdeur...

 

 

SALAUD & SALOPE

 

De « sale ». Sale eau, eau trouble. Pas net en somme. « Salope » est le féminin de salaud.

Au figuré : le salaud comme la salope ne sont pas des êtres biens méchants et dangereux, mais nous ne pouvons que leur accorder une confiance limitée. Ce sont des sournois, parfois des traites de bas étages. Ils ont le vice en eux, ils te vendraient (ou se vendraient aussi) très au-dessous de ta réelle valeur. Quant-à eux, très au-delà de la leur. La saloperie résulte des agissements du salaud ou de la salope. La salope connote de plus l'idée de fille facile, celle à qui nous n'avons rien demandé mais qui propose ses charmes à peu de frais...

Comme chez le bâtard, deux tailles sont disponibles : petit et gros. Pour la grosse salope, certains préférerons « petite pute ». Question d'élégance et de raffinement.

 

 

CONNARD & CONNASSE

 

Les connards et connasses sont sans aucune hésitation, bêtes, voire bébêtes. Ils commettent le mal sans réellement se rendre compte de l'énormité de leurs actes.

Quelques mots en vrac que nous associerons volontiers à connard et connasse : innocent, navrant, chiant, décevant et... con patissant (c'était juste pour la rime).

Le connard et la connasse ne suscitent pas l'intérêt au mieux, ils sont inutiles ou poisons au pire.

Différentes catégories sont proposées en France comme dans le reste du monde : le petit ou la petite, le grand ou la grande et le gros ou la grosse. Remarquez ici que la gamme est plus large et partout en usage non restrictif.

Connard et connasse ne sont pas des maladies graves, nous en sommes potentiellement en puissance à des moments d'égarement. Sachons maitriser notre connartitude et notre connassetitude pour une meilleure harmonie dans la vie sociale.

Les interdits qu'on dit... Et qu'on écrit...

Commenter cet article