Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Brèves de moijedis

Publié le par moijedis

Les Brèves de moijedis

 

Br ves

 

Le suffisant se suffit à lui loin des autres

Les autres se suffisent à contempler le suffisant

 

Ce n'est pas parce qu'on est ponctuel que l'on est arrivé

Ce n'est pas parce qu'on est arrivé que l'on est parvenu

 

L'intelligence permet de saisir la misère du monde

Qui sont ceux qui dirigent donc le monde ?


Voir les commentaires

Dico moijedis : Lettre « Q »

Publié le par moijedis

Dico moijedis : Lettre « Q »

petit « q » et gros « Q »

 

q.jpg

 

Arrêtons-nous cette semaine sur le Q et du qu'en-dira-t-on.

 

Quadrant :

 

Espace plat et traditionnellement rond, sur lequel se déplacent essentiellement dans le sens des aiguilles d'une montre des pointes indiquant : l'heure d'arrivée au bureau ou le poids d'un kilo de tomates à vingt cinq grammes près. Le quadrant emmerde le cadran dans le Dico moijedis puisqu'il n'a rien à faire du quart ou du huitième d'une quelconque circonférence.

 

Quantique:

 

Qui concerne les quanta. Rapprochez-vous de la théorie des quanta (bon courage !).

Moi je préfère m'intéresser au cantique. Franchement, ça prend moins la tête un soir de Noël à l'église...

 

Québecois:

 

Français d'Amérique ami de moijedis. Le québécois parle le québécois, langue très proche du français parisien. Contrairement à ce que peuvent penser certains esprits nationalistes, l'accent québécois n'est pas plus ridicule qu'un patois du nord, du centre ou du sud. Vive le Québec, vive la république !

 

Quéquette:

 

Quand on aborde le Q, la quéquette s'impose... Je ne m'étalerai pas davantage dans ce registre où d'autres excellent plus que moijedis.

Voir les commentaires

Les brèves de moijedis

Publié le par moijedis

Br_ves.jpg

 

Les brèves de moijedis

 

Pour l'an prochain, je suggère de déplacer les congés d'été en Janvier & Février. Ce ne sera peut-être pas pire dans l'hexagone.

  • Et si l'essai échoue, nous repartirons en août !
  • Et si le froid nous glace... nous resterons sur place.

Voir les commentaires

Nouveau Dictionnaire moijedis des Ex-pressions

Publié le par moijedis

Lettre « H » comme dans Haspiré - Où Haspirine, d'accord, aussi...

 

Héberger une page :

 

Expression d'origine socialiste de gauche néanmoins très adroite.

Jadis, nos élus et représentants socialistes locaux et régionaux, pour la symbolique, hébergeaient chaque mois une feuille de papier par habitant. Chaque citoyen déposait sa feuille le 1er de chaque mois dans l'urne de la permanence des précités notables. Cette initiative solidaire due trouver un terme après plus de vingt ans de pratique. En effet, certains abandonnaient leur déclaration d'impôt, d'autres leur facture d'EDF ou diverses quittances. Ces documents sans suite administrative occasionnaient alors de nombreuses plaintes contre X, voire Y et Z.

Aujourd'hui, cette expression s'est vue attribuer un tout autre sens du fait de l'avènement de l'internet grand public. Héberger une page sur le net est encore free, mais à conditionner d'accepter le sponsoring des délicieux saucissons Cochonou.

 

 

Histoire à dormir debout :

 

Se dit d'un discours soporifique prononcé par une personne politique de droite (je suis pour la parité : une sottise pour la gauche, une connerie pour la droite). Longue allocution insipide, assez gauche et maladroite. Le ton est monocorde, le débit monotone et l'individu monogame (je ne suis pas mécontent de cette phrase, oups !). Histoire à dormir debout puisqu'elle traine en longueur comme en langueur. La langueur est effectivement monotone comme évoqué dans un poème de mon confrère Paul Verlaine, mais en l'occurrence la consistance des phrases et du phrasé se dirige plutôt Vers L'Aisne...

Je n'irai pas par quatre chemins, en tant qu'écriveur d'élite, ne me faite jamais subir pareille punition : Je hais les histoires à dormir debout !

 

SarkozyInvalidesDiscours.jpg

Voir les commentaires

Dico moijedis : lettre « P ».

Publié le par moijedis

pigeon.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre « P » comme dans philtre à café.

 

Paire :

 

Les deux font la paire. Voilà, c'est fait, on remballe ! Et pourtant, Lapeyre : il n'y en a pas deux... La paire désigne deux objets ou personnes indissociables. Ce n'est pas que ces entités soient exactement identiques, mais comment pourrait-on leur rendre la liberté et une autonomie utopique ? En effet : iriez-vous faire votre jogging avec une seule chaussure au pied gauche (ou droit, peu importe...) ? Non seulement vous auriez l'air bête, mais en plus ça ferait vachement mal au bitume. Et que deviendrait Chevallier sans Laspalès ? Pas Maurice, Philippe – Pierre sans Marie au Curry ? - Roger sans Gallet ? Oui, je les aime bien ces deux là... - La gauche sans la droite ? - Hein, dite le moi !

Expression: "Quand je n'aurai plus qu'une paire de fesses pour penser, j'irai l'asseoir à l'Académie."

 

 

Père :

 

Homonyme de « paire ». Ce qui ne veut pas dire que le père soit homo. Là, vous vous égarez mes enfants... Eventuellement, je vous renvoie à la pédale ci-dessous pour une improbable synonymie familière. Mais je n'entrerai pas dans ces maudites considérations, je tiens à maintenir le niveau au deçà de là. La la la ! Je suis peut-être pédant, mais ça me regarde après tout, devant tout, avant tout...

Le fils vient du père, comme la fille de la mère et du père aussi. Les enfants du fils deviendront les petits enfants du père grand, du grand père, le premier père quoi ! C'est clair, non ?

Expression: "Tel père, tel fils."

 

 

Pédale :

 

Chose en aluminium ou fer léger sur laquelle le cycliste appuie le pied pour faire avancer la paire de roues. Vous voyez, dans mes définitions tout se recoupe ! L'homme tourne en rond, mais ça avance en fait : c'est dingue ! On dit du cycliste professionnel qu'il a un sacré coup de pédale, comme j'ai un bon coup de fourchette.

Expression: "Pédaler dans la semoule." C'est moins efficace, mais somme toute original.

 

 

Pigeon :

 

Meilleur ami de l'homme dans les grandes métropoles. Le pigeon est un drôle d'oiseau qui investit la Gare du Nord quand il le veut. L'animal, sympathique au demeurant, reste néanmoins relativement idiot. Il ira jusqu'à se prendre du plomb dans l'aile à force de taquiner le touriste moyen qui se restaure paisiblement au bar / restaurant prévu à cet effet. Monsieur et Madame Pigeon, sans demander la permission, n'hésitent pas à s'inviter à table pour picoler le verre de 1664 et picorer dans le panini au fromage de chèvre.

Expression: "Pigeon voyageur." Bien que refoulé aux abords du TGV.

 


Voir les commentaires