Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guy Béart

Publié le par moijedis

 

8-Guy-Beart.jpg

Enfant, j’ai vu chanter Guy Béart sur l’écran du téléviseur noir & blanc du salon. Certes, je trouvais ce Monsieur très sympathique, mais j’étais encore bien jeune pour apprécier toutes les finesses des textes de ses chansons. A cet âge, l’innocence peut faire passer à côté de l'essentiel. Pour diverses raisons, Guy Béart a du s’éclipser de la scène et du grand public en général. moijedis dommage ! J’ai donc grandi avec d’autres références du music hall de grand talent également, telles que : Michel Berger, France Gall, Serge Gainsbourg, Téléphone… Ce n’est que depuis peu, hélas, que j’ai redécouvert l’œuvre de ce grand homme de la chanson française. Ses textes me touchent beaucoup par leur sensibilité, leur simplicité, l'harmonie et la musicalité des mots. C’est un artiste qui cherche tout simplement à communiquer le bonheur à son public dans la joie et avec une réelle complicité. Je me dois d’évoquer le dérapage verbal de Serge Gainsbourg à l’encontre de Guy Béart sur le plateau d’une émission de Monsieur Bernard Pivot. Mais ce soir là, pour ce qui concerne Serge Gainsbourg, le génie était resté au vestiaire. Juste pour une divergence de point de vue sur la place qu’occupe la chanson jouée à la guitare sur l’échelle de l’Art, Monsieur Guy Béart s’est vu insulter par Monsieur Gainsbourg : quel gâchis !

-=°-°=-

Guy Béart (de son vrai nom Béhar), né au Caire (Égypte) le 16 juillet 1930, est un auteur, compositeur et interprète français. Il est le père de l’actrice Emmanuelle Béart.
Le travail de son père, expert-comptable, nécessitant des déplacements fréquents, Guy Béart grandit dans différentes villes d’Europe et du Mexique. Il suit la majorité de ses études au Liban, entre 10 et 17 ans, âge auquel il part pour Paris.
Inscrit à l’École Nationale de Musique, il est reçu à l’École nationale des ponts et chaussées, d’où il ressort avec un diplôme d’ingénieur. Il dirigera même la construction d’un pont à proximité de Nancy.
Guy Béart débute au cours des années 1950 dans les cabarets parisiens de la Rive gauche, notamment La Colombe de Michel Valette. Il y chante le Bal chez Temporel, dont l’auteur des paroles est l’écrivain André Hardellet: ce fut l’un de ses premiers grands succès. Guy Béart enregistre en 1966 un album de chansons françaises traditionnelles, qui s’intitule Vive la rose.
Un cancer avait éloigné Guy Béart plusieurs années de la scène, mais il revient, en 1985, avec un titre plein d’espoir, Demain je recommence.
En 1994, Guy Béart est distingué par l’Académie française qui lui décerne la grande médaille de la chanson française (médaille de vermeil) pour l’ensemble de ses chansons.

En 2010 Guy Béart revient avec un superbe CD intitulé "Le meilleur des choses".


Commenter cet article