Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand j'y pense...

Publié le par moijedis

le moijedis dico illustré de référence

Éditions moijedis ©

 

 

Lettre P

 

Il va falloir penser à panser le puant...

 

Panser :

 

Verbe de transition transitif. J'ai tellement réfléchi et pensé que je me suis égratigné l'esprit... Qui trop y pense, se panse.

Panser c'est sans attendre se mettre à bander une plaie avec technique et précision. En effet, plus le bandage intervient rapidement, mieux la plaie cicatrisera. Cependant, si la blessure est légère et superficielle, nul besoin de bander : un petit pansement adhésif fera parfaitement l'affaire. Quelquefois il est trop tard si vous n'y avait pas pansé... La reconstruction naturelle sera alors plus longue et laissera apparaître une imperfection esthétique. Comme évoqué en début de définition, panser ne s'applique pas systématiquement à la chair. Au figuré, nous penserons à panser l'âme qui divague. Et s'il vous reste encore un peu de temps, pansez le cheval, il a le poil rebelle ces temps-ci.

Homonymes : la pensée humaine – la pensée du fleuriste – la pensée positive, la pensée négative – le paon sait...

 

La pensée du jour...

 

 

 

Puant :

 

Le puant, participe présent et bien là ! Du verbe que l'on évite de puer. Puer est du premier groupe, les autres ça va à peu près... Le puant a pour habitude de le faire exprès. Il pue par nature et la nature n'est pas toujours bien faite. Le puant dégage et justement maintenant tu dégages ! Aussi puant soit-il, il s'incruste parmi nous jusqu'à nous imprégner de sa pourriture d'odeur. Le puant est l'ennemi du sent bon, il l'emmerde cordialement sans pudeur mais avec mauvaise odeur. La famille puante se compose de : le gros puant, la grosse puante, le petit puant et le puant en devenir. Il n'y a pas que l'homme et l'animal qui soient puants ; je vais vous énumérer des choses courantes, coulantes et puantes : les crottes, les vomis, les pipis sur les murs, les poissons pourris des poubelles d'après week-end, le camembert esseulé dans l'armoire de la cuisine depuis quinze jours. Et pour terminer, le chou de Bruxelles qui cuit lentement en empestant la maison du garage au grenier.

 

Un puant distingué.

 

 

 

Quand j'y pense...Quand j'y pense...

Commenter cet article

Martine Santoro 13/02/2015 21:01

Absolument génial j'adore merci

Catherine 13/02/2015 20:59

Super !!

Catherine 13/02/2015 20:59

Super :)