Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand t'es dans la misère...

Publié le par moijedis

Jean-Patrick Capdevielle

capdevielle.jpg 

 

Avant d'être chanteur, Jean-Patrick Capdevielle a été journaliste à SuperHebdo, Salut les copains (le magazine), Mademoiselle Âge Tendre, Actuel, puis directeur artistique.

Après avoir voyagé aux États-Unis et vécu à Londres, où il côtoie de près le "Swinging London" et devient un ami proche d'Eric Clapton, il décide de s'établir aux Baléares, à Ibiza, où il s'adonne à l'une de ses passions, la peinture 2 3. En 1978, il adresse à une maison de disques ses premières maquettes : le 45 tours Solitude, qualifié alors de "reggae en français", connaît un succès certain.

Il signe alors un contrat avec CBS. En août 1979, sort son premier album, "Les Enfants des Ténèbres et les Anges de la Rue", dont le single Quand t'es dans le désert rencontre un succès immédiat et très important, devenant quasiment "l'hymne d'une génération". Il est soutenu par Michèle Abraham et Europe 1. Ce premier album est suivi d'une tournée de concerts au printemps 1980, avec un passage à l'Olympia. Il enchaîne ensuite plusieurs albums pour CBS ainsi que deux autres tournées : en 1981, avec un passage au Palais des Sports de Paris, puis à l'automne 1982, de nouveau avec un passage à l'Olympia.

moijedis est un admirateur de Jean-Patrick Capdevielle, et à ce titre, il a le plaisir de vous proposer « sa version » de Quand t'es dans le désert. Ceci est bien évidemment une parodie dont les personnages visés resteront anonymes pour des raisons de sécurité (rire).

  1. Le texte original

  2. le texte de moijedis

Quand t'es dans le désert

 

Moi je traîne dans le désert depuis plus de vingt-huit jours

Et déjà quelques mirages me disent de faire demi-tour

La fée des neiges me suit tapant sur son tambour

Les fantômes du syndicat des marchands de certitudes

Se sont glissés jusqu'à ma dune, reprochant mon attitude

C'est pas très populaire le goût d'la solitude

 

{Refrain:}

Quand t'es dans le désert

Depuis trop longtemps

Tu t'demandes à qui ça sert

Toutes les règles un peu truquées

Du jeu qu'on veut t'faire jouer

Les yeux bandés

 

Tous les rapaces du pouvoir menés par un gros clown sinistre

Plongent vers moi sur la musique d'un piètre accordéoniste ,

J'crois pas qu'ils viennent me parler des joies d'la vie d'artiste

D'l'autre côté ,voilà Caïn toujours aussi lunatique

Son œil est rempli de sable et sa bouche pleine de verdicts

Il trône dans un cim'tière de vieilles pelles mécaniques

 

{Au refrain}

 

Les gens disent que les poètes finissent tous trafiquants d'armes

On est cinquante millions d'poètes, c'est ça qui doit faire notre charme

Sur une lune de Saturne mon perroquet sonne l'alarme

C'est drôle mais tout l'monde s'en fout

Vendredi tombant d'nulle part, y a Robinson solitaire

Qui m'a dit : "J'trouve plus mon île, vous n'auriez pas vu la mer ?"

Va falloir que j'lui parle du thermonucléaire

 

{Au refrain}

 

Hier un homme est v'nu vers moi d'une démarche un peu traînante

Il m'a dit : "T'as t'nu combien d'jours ?" J'ai répondu : "Bientôt trente."

Je m'souviens qu'il espérait tenir jusqu'à quarante

Quand j'ai d'mandé son message, il m'a dit d'un air tranquille :

"Les politiciens finiront tous un jour au fond d'un asile

J'ai compris que j'pourrais bientôt regagner la ville."

 

{Refrain 3x}

 

 

      Quand t'es dans la misère

      

Moi j'traine dans la misère depuis plus de quarante piges

J'en ai vu défilé des clowns sinistres

Même pas accordéonistes

J'ai plus de quoi me payer une tige

 

Quand t'es dans la misère

Et que plus rien ne t'attend

Tu arpentes les cimetières

Apaisé d'être vivant

Ces morts savent-ils où est leur vie ?

Leur corps respire sans un bruit

 

J'ai frappé à l'Elysée car on m'avait dit :

« tu verras mon pote, ça c'est un abris !»

J'suis resté planté devant le type aux gants blancs

Et j'ai du fuir de suite le gars m'a dit « Voilà le Président »

 

Quand t'es dans la misère

Et que plus rien ne t'attend

Tu arpentes les cimetières

Apaisé d'être vivant

Ces morts savent-ils où est leur vie ?

Leur corps respire sans un bruit

 

Alors que j'allais pour regagner la station

J'aperçus quatre limousines et trois motos

Me suis dit : « Merde, tout ça pour un blaireau ! »

j'ai compris qu'il me fallait couper le son

 

Quand t'es dans la misère

Et que plus rien ne t'attend

Tu arpentes les cimetières

Apaisé d'être vivant

Ces morts savent-ils où est leur vie ?

Leur corps respire sans un bruit

 

Arrivé devant nulle part suis entré dans un bar

Le Président à la télé a déclaré : « Chers français courage !

Tous ensemble ne ferons pas naufrage »

Les clients le regardaient comme le dieu bavard

 

Quand t'es dans la misère

Et que plus rien ne t'attend

Tu arpentes les cimetières

Apaisé d'être vivant

Ces morts savent-ils où est leur vie ?

Leur corps respire sans un bruit

 

J'ai sauté du navire pour me jeter dans la rue

La nuit noire brillait de désespoir

Un fantôme survint pour m'indiquer l'espoir

En un regard il a tout lu, tout su, tout pu

moijedis

Commenter cet article